· 

Signe et Symbole

Le signe est arbitraire, inventé, unilatéral, sans vie, épuisé dans sa définition, clair et défini dans sa signification...

 

Le symbole est plus qu'un signe quelconque ; c'est originairement un signe de reconnaissance, puisque l'étymologie du terme renvoie à une communauté et à une réciprocité (σ́υν) d'échange ou de mise en commun et d'évaluation portant sur un objet ponctuant la rencontre (συμϐολ́η) de ce qui cependant demeure séparé, coupé en deux, comme l'objet primitif auquel se réfère l'étymologie et dont chacun des deux hôtes par-devers soi gardait une moitié (σ́υμϐολον), ce partage constituant ainsi [sacralement] un pacte (συμϐ́ολαιον).

 

Si le symbole, comme le signe, est un (repræsentamen) quelque chose qui est mis pour quelque chose ou quelqu'un), on peut dire que le symbolique est le fondement du (repræsentamen) en même temps que son accomplissement.

 

La psychanalyse a permis d'établir la théorie du symbolique : le concept de symbolique intervient dans la psychanalyse de Jacques Lacan comme recouvrant un ordre autonome, à la fois manifeste et latent, baignant l'homme, qui, en tant que tel, y est soumis, pris qu'il est, ainsi que disait Nietzsche, « dans les filets du langage ».

Des outils symboliques et initiatiques :

vers plus de spiritualité...

Savoir renouveler l'approche de son existence, se réinventer, changer son regard, prendre soin de soi et de l'autre, se réapproprier sa vie...